Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc

Exclusion, inégalité et pauvreté : la transition sociale et ses déterminants

Étude dans le cadre de la réflexion prospective sur le Maroc 2030 menée par le Haut Commissariat au Plan


Présentation du rapport publié à l'occasion de la réalisation de cette étude

Ce papier examine les facteurs de contrôle de l’évolution de l’ensemble constitué de l’exclusion, l’inégalité et la pauvreté, en vue d’aider à la construction d’un paysage social meilleur.


Partant de l’interrelation entre ces faits sociaux, il s’interroge d’abord sur les seuils socialement tolérables auxquels ils devraient converger dans les années à venir. Il montre, par la suite, que les coûts économiques et sociaux de la pauvreté sont déjà considérables et qu’ils continuent à handicaper l’ensemble des composantes de la société, à moins que ne soient édifiés les fondements d’un futur inclusif des perdants du processus de développement.

La construction de ce futur se réfère ici à un diagnostic, atouts et faiblesses des expériences nationales, passée et récente, du développement. Elle se fonde par la suite sur les germes de changement et de rupture avec les facteurs du statisme social dont notamment la rigidité des structures éducative, économique et sociale vis­à­vis de l’inclusion des composantes pauvres de la société.

Les données socio­économiques dont notamment celles reconstituées à partir du RGPH 2004 fondent les conclusions de ce diagnostic. Elles montrent par ailleurs que, contrairement à ce que stipulent certaines théories, la croissance économique et l’inégalité ne suffisent pas à elles seules de configurer les perspectives de la pauvreté.

Les facteurs de changement qui conduiraient à la réalisation de l’objectif de ‘pauvreté zéro’ et d’indices socialement tolérables, d’inégalité et d’exclusion, s’étendent au développement humain, au développement social, à l’égalité des chances vis­à­vis de l’emploi des diplômés et à l’éradication de l’habitat sommaire.

L’apport de ces facteurs à la réduction de la pauvreté se modifie d’une commune à une autre, en fonction de l’incidence de la pauvreté. Il montre que la lutte contre la pauvreté et son corollaire l’inégalité et l’exclusion gagnerait à être localement repensée et qu’en général, le développement humain et l’équité sociale sont les clés du futur souhaitable du paysage social national.



Lu 6857 fois

Choisir votre langue