Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc

Note de conjoncture, Janvier 2011


Cette note fait état de la situation des principaux indicateurs économiques, observés au cours du troisième trimestre 2010 et estimés pour le quatrième trimestre, et relate les prévisions pour le premier trimestre 2011. La présente analyse de conjoncture a été établie sur la base des enquêtes de conjoncture, des prix, de l’emploi et de la production, effectuées périodiquement par le HCP, ainsi que des statistiques infra-annuelles, produites par les autres administrations.



- Orientation toujours favorable des activités non-agricoles au quatrième trimestre 2010
- Poursuite de l’amélioration de la demande étrangère adressée au Maroc à des rythmes plus modérés
- Confirmation de la reprise des services marchands et performances encore insuffisantes dans le BTP
- Légère augmentation des prix à la consommation, mais une inflation sous-jacente toujours contenue




Après s’être accéléré au premier semestre 2010, la croissance des activités non-agricoles s’est, quelque peu, modérée au troisième trimestre, retrouvant, ainsi, un rythme proche de celui de sa tendance de long terme (+4,7%, en variation annuelle). Cette évolution, tirée au début de l'année par le secteur minier, a été confortée, à partir du troisième trimestre, par les performances du secteur énergétique, des services marchands et, dans une moindre mesure, par celles de l'industrie. Au quatrième trimestre, elle se serait légèrement accélérée, pour atteindre 4,9%, en rythme annuel. Ainsi, et compte tenu d'une régression de 7,4% de la valeur ajoutée agricole, le PIB global se serait accru de 3,2% au cours de la même période.
 
Au premier trimestre 2011, les perspectives de croissance pour l'économie nationale restent globalement favorables, malgré un environnement international relativement moins porteur qu'en 2010, marqué par une modération de l’activité et du commerce au niveau mondial. La croissance des activités non-agricoles se maintiendrait aux environs de 4,4%, portée par la dynamique du secteur tertiaire. La valeur ajoutée agricole pourrait quasiment stagner, sous l'hypothèse d'une campagne céréalière de 70 millions de qx. L'on s'attend, ainsi, au premier trimestre 2011, à une progression du PIB global de près de 4%, en variation annuelle, soit presque la même performance réalisée une année plus tôt.

Lu 70 fois

Choisir votre langue