Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc

[Publication] : Point de conjoncture N°31, Octobre 2016

اللمحة الفصلية لتحليل الظرفية عدد 31، أكتوبر 2016


L’économie nationale aurait progressé de 1%, au troisième trimestre 2016, en glissement annuel, au lieu de +0,5%, un trimestre auparavant. Cette modeste hausse aurait été, principalement, tirée par le redressement des activités tertiaires, après une sensible décélération au deuxième trimestre. La valeur ajoutée hors agriculture aurait, ainsi, progressé de 2%, en glissement annuel, au lieu de 1,4% un trimestre plus tôt. En revanche, le secteur agricole aurait poursuivi sa tendance baissière, affichant un repli de 11,1%, durant la même période.


[Publication] : Point de conjoncture N°31, Octobre 2016
Au quatrième trimestre 2016, la valeur ajoutée non-agricole progresserait, pratiquement, au même rythme que lors du trimestre précédent. Avec une baisse de 12,4% de la valeur ajoutée agricole, l’économie nationale réaliserait une croissance de 0,8%, au quatrième trimestre 2016, au lieu de +5,1% une année plus tôt. 

Une conjoncture extérieure peu favorable au troisième trimestre 2016

L’activité mondiale aurait continué à évoluer modérément au cours du troisième trimestre 2016. Dans les économies avancées, la persistance des taux d’intérêt faibles et l’amélioration de la situation du marché du travail et de l’immobilier résidentiel auraient continué à soutenir l’activité. Aux Etats-Unis, l’activité aurait crû de 2,8% en rythme annualisé, portée par la consommation privée, alors que l’économie de la zone euro aurait évolué à un rythme similaire qu’au trimestre passé (+1,2%), soutenue par une contribution positive des exportations dans un contexte d’une demande intérieure relativement modérée. Dans les économies émergentes, la croissance économique chinoise aurait repris, alors que celle des autres pays exportateurs de matières premières serait restée atone, malgré la stabilisation de leur niveau de production.

Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc, toujours résiliente face à la modération du commerce mondial, se serait améliorée, au troisième trimestre 2016, de 2,5%, en variation annuelle, au lieu de +2,7% un trimestre auparavant. Les exportations de biens,  en valeur, auraient pâti de cette modération, marquant une progression estimée à 4,7%, en variation annuelle. Les expéditions du phosphate brut et de ses dérivés auraient subi la baisse de leurs cours sur le marché international, dans un contexte de stocks mondiaux importants, surtout en Chine. En revanche, les ventes extérieures du secteur de  l’automobile, notamment celles du segment de la construction et, dans une moindre mesure, du secteur de la confection et de la bonneterie, auraient contribué positivement à la hausse des exportations.

Les importations se seraient, pour leur part, affermies de 7,5%, alimentées par les acquisitions des biens d'équipement et des biens de consommation, en particulier des voitures de tourisme et des pièces détachées pour véhicules industriels. La facture alimentaire se serait, également, alourdie, en raison de la reprise des importations des céréales, après avoir reflué en 2015 suite à la bonne récolte céréalière 2014/15.

Dans l’ensemble, le déficit commercial se serait creusé de 12,2%, en glissement annuel, en raison de la hausse plus importante des importations par rapport aux exportations. Cette situation se serait, par ailleurs, traduite par un recul du taux de couverture estimé à –1,8 point, pour atteindre 56,5%. 

Télécharger le document intégral




Lu 2091 fois

Choisir votre langue