Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc


Intervention de M. Mario Pezzini




Présentation du Centre et de ses travaux.

1-      Le centre, un lieu unique à l’OCDE où les pays membres et non membres jouit des mêmes privilèges, est un lieu de production de connaissances et de données, mais aussi d’échanges de bonnes pratiques en matière de politiques économiques et sociales

 

2-      Le centre produit l’AEO, LEO, SAEO & PGD. L’AEO, analyse économique, sociale et politique, produite par DEV, BAD, UNECA, UNDP, couvre 50 pays africains environ.

 

3-      Le Centre contribue au débat international sur la cohésion sociale, à travers son rapport, les perspectives de développement mondial. 2011, Cohésion Sociale. Ainsi, Il organise des rencontres régionales pour examiner les politiques et encourager le partage d’expériences. 

 

4-      Le Centre renforce sa présence, et sa coopération avec ses pays membres, non membres de l’OCDE, pour l’élaboration de Politiques Meilleures pour une Vie Meilleure;

 

5-      Le Centre entretient d’excellentes relations de travail avec le Maroc à travers plusieurs Ministères (recherche et dialogue). Le Maroc est membre du CA du bureau de DEV.

 

6-      Le Centre s’engage à appuyer les pays en développement dans l’élaboration de leurs politiques de développement. Ainsi, le Centre sera toujours prêt à assister le Maroc et les autres pays du continent africain.

 

Aperçu de la situation économique et sociale en Afrique :

 

Croissance & Développement:

 

Le continent a connu ces dernières années une croissance économique de 6% en moyenne. La croissance s’est accélérée en 2010 et la reprise devrait continuer.

 

Le continent profite du redressement des échanges internationaux et des cours de matières premières mais, surtout de l’amélioration générale de la situation mondiale.

 

Parallèlement, l’escalade des prix alimentaires et du pétrole pèse sur les revenus des consommateurs africains.

 

Toutefois, les récents évènements en Afrique du Nord pourront affecter les perspectives de croissance pour 2011.

 

L’Afrique progresse plus lentement que les autres régions en termes développement car :

La croissance économique n’est soutenue que depuis 2000 seulement, donc, insuffisant pour un grand impact sur la création d’emplois et la réduction de la pauvreté.

 

Les inégalités persistantes en Afrique montrent que la croissance ne bénéficié qu’à une frange limitée de la population, les pauvres n’en profitant guère.

 

Ainsi, les politiques de lutte contre la pauvreté devront viser une croissance économique soutenue et diversifiée, conjuguée à une réduction des inégalités.

 

Flux financiers

L’Afrique connut une évolution importante de flux financiers depuis dix ans en termes de volume,  composition et provenance. Entre 2000 et 2010, les investissements (IDE & portfolio), et l’aide au développement ont quintuplé, passant de 27 milliards de dollars (USD) en 2000 à 126 milliards USD en 2010 (OCDE; Cnuced; FMI). Depuis 2005, le continent attire plus d’IDE que d’APD.

 

Développement humain

L’analyse des tendances de l’IDH, sur la période 2000-10 révèle, qu’à l’exception du Zimbabwe, tous les pays africains ont fait des progrès en termes de développement humain.

L’Afrique subsaharienne est la région qui affiche, en moyenne, la progression la plus rapide, avec une augmentation de l’IDH régional de 23 %. Elle devance l’Asie du Sud 17%.

 

Pour un meilleur développement humain, la croissance économique devra être mieux partagée et pro-pauvres. L’investissement dans les secteurs sociaux doit créer davantage de débouchés économiques pour des une plus grande partie de la population.

 

Pour cela, il faut de meilleures politiques économiques et plus de ressources mobilisées.


Télécharger


Lu 581 fois
Mis en ligne le Jeudi 11 Août à 22:46

Choisir votre langue