Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc


Répercussions des changements démographiques sur les charges de protection sociale: cas de la retraite

Étude dans le cadre de la réflexion prospective sur le Maroc 2030 menée par le Haut Commissariat au Plan



Présentation du rapport publié à l'occasion de la réalisation de cette étude

Dans le cadre de son projet de soutien à la planification, le Haut Commissariat au Plan (HCP) a lancé au début de l’année 2005, en collaboration avec le PNUD, un vaste chantier de réflexion sur les futurs possibles du Maroc à l’horizon 2030. A travers cette initiative, le HCP souhaite aboutir dans une première étape, à la définition des orientations stratégiques qui détermineront, compte tenu de l’environnement régional et international d’une part, et de la dynamique de changement interne d’autre part, les options à retenir pour tracer les contours d’une «vision partagée» du Maroc de demain.


Il s’agit ensuite de collecter et de rassembler les matériaux et les données nécessaires à la construction des différents scénarios alternatifs possibles.

Pour la réalisation de cet objectif, le HCP a adopté une démarche reposant sur deux approches complémentaires. La première a consisté à offrir aux différents acteurs des deux sphères publique et privée, des espaces de débat sous forme de forums et de conférences. Le but est de leur permettre d’échanger leurs points de vue sur une série de thèmes et de questions qui sont susceptibles d’avoir un impact direct ou indirect sur le Maroc de demain. La deuxième approche se fonde sur l’élaboration par des experts nationaux d’études sectorielles approfondies sur des thématiques bien définies.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la présente contribution qui traite de la thématique
 
« Le changement démographique et ses répercussions à long terme sur les charges sociales : cas des retraites ».

D’après les termes de référence fixés par le HCP, la finalité de ces études thématiques et sectorielles est de permettre de disposer de « socles à partir desquels seront élaborés les scénarios prospectifs d’ensemble et les choix stratégiques ». A cet effet, elles doivent :

- « présenter une synthèse de l’évolution du secteur au cours des dernières décennies (analyse rétrospective) en mettant en exergue les enseignements essentiels » ;

- « faire le bilan de la situation actuelle en établissant un état des lieux qui identifie les principales forces, faiblesses et opportunités » ;

- « projeter, en quantifiant l’évolution tendancielle en intégrant les questionnements et les orientations sur les options alternatives».

Tout au long de notre démarche d’analyse, nous avons veillé à suivre scrupuleusement la voie tracée en s’attachant à reproduire l’articulation prescrite. Notre espoir est que la présente contribution, œuvre d’une équipe de responsables de la Caisse Marocaine des Retraites, dirigée par le directeur puisse répondre aux attentes du HCP tout en apportant un éclairage de praticiens au débat sur la réforme des régimes de retraite qui se déroule dans notre pays.

Les études prospectives, quels qu’en soient l’objet et les méthodes utilisées, suscitent toujours des interrogations quant au degré de fiabilité de leurs conclusions. Le scepticisme s’accentue davantage au point de s’étendre à l’utilité même de la démarche lorsque l’horizon de projection est assez lointain. D’aucuns affirment que l’engagement du monde dans une ère caractérisée par la rapidité des changements aux niveaux les plus divers, rend un tel exercice des plus périlleux.

En fait, la crainte que l’image projetée du présent soit en déphasage avec le futur possible est un sentiment que ressent tout chercheur soucieux de la crédibilité et de l’utilité de son œuvre. En ce qui nous concerne, notre engagement de fournir au HCP une analyse objective et sérieuse sur laquelle il peut se baser pour établir, sans risque majeur, ses projections et les scénarios qu’il juge utiles, nous impose beaucoup de rigueur et de prudence.

Fort heureusement, quelques atouts nous permettent d’être optimistes quant aux chances de réussir notre mission. On cite, principalement, trois :

-Le premier réside dans la dominance du volet démographique de la thématique qui nous intéresse. Or, dans ce domaine, le HCP dispose de bases de données fiables, riches et actualisées grâce notamment au recensement réalisé en septembre 2004. Aussi faut-il souligner que les données démographiques qui concernent aussi bien l’évolution passée de la population marocaine que les projections d’avenir, ont été puisées essentiellement à partir des bases de données du HCP (CERED et Direction de la Statistique). En revanche, les informations démographiques relatives à la population couverte par les différents régimes de retraites (actifs et retraités), proviennent quant à elles, des études actuarielles réalisées par les caisses de retraite nationales.

-La deuxième source d’encouragement consiste dans la disponibilité d’études actuarielles récemment effectuées par les diverses caisses de  retraite. L’incontestable qualité de ces études en fait une référence digne de confiance. D’ailleurs les résultats et les conclusions  auxquels elles ont abouti ont été vérifiés à la fois par les autorités de tutelle et par une équipe d’experts spécialisés de la Banque Mondiale avant d’être soumis à l’appréciation du Gouvernement. Il s’agit donc d’une référence qui revêt pratiquement un caractère officiel, ayant servi de plate-forme aux débats engagés entre les partenaires sociaux dans le cadre de la réflexion sur la réforme des régimes de retraite nationaux.

-La troisième raison de notre optimisme est d’ordre technique. Elle a trait à la durée de projection. Fixée à 25 ans, une telle durée est  considérée en matière d’études actuarielles comme dans le domaine de la démographie relativement courte. Par conséquent les risques d’erreurs sont relativement maîtrisables. Partant d’une espérance de vie moyenne de 69 ans, appelée d’ailleurs à s’améliorer, les personnes âgées aujourd’hui de moins de 45 ans ont toutes les chances d’être au rendez-vous en 2030.

En guise de conclusion à ces remarques préliminaires, il s’avère nécessaire de souligner que les points de vue exprimés dans le cadre de cette étude particulièrement en ce qui concerne la réforme des régimes de retraite, n’engagent évidemment que les personnes qui ont contribué à son élaboration.



Choisir votre langue