Site institutionnel du Haut-Commissariat au Plan du Royaume du Maroc


Concepts et définitions - Pauvreté et vulnérabilité




Pauvreté absolue :

La pauvreté absolue dont le seuil est calculé en majorant celui de la pauvreté alimentaire du coût d’une dotation minimale de biens et services non alimentaires. La dotation retenue à cet effet est celle réalisée par les ménages qui ne satisferaient leurs besoins alimentaires que lorsqu'ils leur consacraient le total de leur budget. Le taux de pauvreté absolu est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au dessous de ce seuil.

Pauvreté alimentaire :

La pauvreté alimentaire se réfère à un panier de biens et services alimentaires permettant le minimum requis en calories, calculé en appliquant la norme (Le minimum requis en calories par individu et par jour a été établi en appliquant la Table des besoins énergétiques recommandés (Recommended Daily allowance, FAO-OMS) à la structure de la population marocaine selon le sexe, l’âge et la situation des femmes vis-à-vis de la grossesse et de l’allaitement) recommandée par la FAO et l’OMS à la structure de la population. Le seuil retenu est le coût du panier de biens et services permettant ce minimum (1984 Kcal par jour et par personne). Sur la base de ce seuil, le taux de pauvreté alimentaire est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au dessous de ce seuil.

Pauvreté relative :

La pauvreté relative dont le seuil est obtenu en majorant celui de la pauvreté alimentaire du coût d’une dotation plus conséquente de biens et services non alimentaires. La mesure de cette majoration, conformément à l’approche d’allocation des dépenses non alimentaires recommandée par la Banque Mondiale, retient la moyenne des dépenses non alimentaires réalisées par les ménages qui atteignent effectivement le minimum alimentaire requis. Le taux de pauvreté relative est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au dessous de ce seuil.

Vulnérabilité :

La vulnérabilité appréhende la fraction de la population qui est au dessus du seuil de la pauvreté relative, mais qui risque de se trouver en deçà de ce seuil si des aléas de différentes sortes affectent leur situation économique et sociale. Sur cette base et conformément à l’approche de la Banque Mondiale, est dit vulnérable tout ménage dont la dépense totale se situe entre le seuil de la pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil.

Taux de pauvreté :

C’est la proportion des personnes pauvres dans la population, voire le pourcentage des individus membres d’un ménage dont la dépense par tête est inférieure au seuil de pauvreté relative. En 2007, ce seuil a été de 3834 DH par personne et par an en milieu urbain et de 3569 DH par personne et par an en milieu rural.

Taux de pauvreté relative :

Le taux de pauvreté relative est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au dessous du seuil de pauvreté.

Taux de vulnérabilité à la pauvreté :

Le taux de vulnérabilité à la pauvreté est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe entre le seuil de la pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil.

Cartographie de la pauvreté

Les principales étapes de la méthodologique de la cartographie de la pauvreté en 2014 sont les suivantes :

- Combinaison des données du RGPH 2014 et de l’ENCDM 2014 dans le but de reconstituer les indicateurs de la cartographie de la pauvreté à partir des données du RGPH. La sélection des corrélats
de la variable niveau de vie pour calculer ces indicateurs, se fonde, dans une première phase, sur les données individuelles et par ménage de l’ENCDM, observées à la fois par le RGPH et l’ENCDM, et sur les données communales du RGPH. Une fois sélectionnés, ces mêmes variables-corrélats sont reconstitués à partir des données du RGPH et permettent d’estimer, dans une seconde phase, les
mesures de la pauvreté, de l’inégalité et de la vulnérabilité en 2014, moyennant les outils d’inférence statistique présentés dans ce qui suit :

- Estimation d’un modèle de consommation par habitant, en termes de logarithme népérien, à partir des données de l’ENCDM en se référant exclusivement aux variables communes entre le RGPH et
l’ENCDM et aux variables communales du RGPH.
 

Pauvreté monétaire

Les indicateurs de la cartographie de la pauvreté offrent un diagnostic régional, provincial et communal de la pauvreté monétaire, la vulnérabilité et l’inégalité du niveau de vie. Ils se rapportent au découpage territorial qui prévalait au 1er septembre 2014, date de référence du dernier recensement général de la population et de l’habitat.

Le HCP fonde la mesure et la cartographie de la pauvreté sur le concept de la pauvreté monétaire tel que défini par la Banque Mondiale. Les mesures de la pauvreté et de la vulnérabilité monétaires sont établies en majorant le seuil de la pauvreté alimentaire par une allocation non-alimentaire. L’allocation non-alimentaire est déterminée conformément à l’approche préconisée par cette institution internationale. Selon cette approche :

Le seuil de la pauvreté alimentaire est approché par le coût d’un panier de biens et services alimentaires permettant le minimum requis en calories (1984 kilos calories par jour et par personne) ; norme recommandée par la FAO et l’OMS. En DH de 2014, il s’établit au même niveau (2331DH par personne et par an) dans le milieu urbain et dans le milieu rural ;

Le seuil de la pauvreté monétaire est la somme du seuil de la pauvreté alimentaire et d’une allocation non-alimentaire. Cette allocation est égale au coût des acquisitions non-alimentaires réalisées par les ménages qui atteignent juste le minimum alimentaire requis. En DH de 2014, il est de 4667 DH par personne et par an en milieu urbain et de 4312 DH par personne et par an en milieu rural ;

Le seuil de vulnérabilité se situe, selon l’approche de la Banque Mondiale, entre le seuil de pauvreté monétaire et 1,5 fois ce seuil.

Les indicateurs de la pauvreté, de la vulnérabilité et de l’inégalité, figurant sur la carte de la pauvreté 2014, sont définis comme suit :

Taux de pauvreté monétaire : c’est la proportion des personnes pauvres dans la population, voire le pourcentage des individus membres d’un ménage dont la dépense par tête est inférieure au seuil de pauvreté monétaire. En 2014, ce seuil est de 4667 DH par personne et par an en milieu urbain et de 4312 DH par personne et par an en milieu rural ;

Indice volumétrique de la pauvreté : c’est une mesure de l’intensité de la pauvreté monétaire, qui évalue l’écart moyen qui sépare le seuil de la pauvreté et la dépense par tête des ménages pauvres. Elle rend compte du transfert de ressources qu'il faudrait opérer pour porter la dépense de consommation de toute personne pauvre exactement au niveau du seuil de pauvreté. Plus cet indice est
grand, plus le déficit global des revenus des pauvres par rapport au seuil de la pauvreté est grand ;

Indice de sévérité de la pauvreté : c’est une mesure de la gravité de la pauvreté qui permet de mettre davantage l’accent sur les plus pauvres parmi les pauvres dans la mesure de la pauvreté monétaire. Cet indice augmente parallèlement à l’augmentation de l’écart entre le seuil de pauvreté et les dépenses de consommation des pauvres ;

L es indicateurs de la cartographie de la pauvreté offrent un diagnostic régional, provincial et communal de la Taux de vulnérabilité : c’est la proportion des individus qui ne sont pas pauvres, mais qui vivent sous le risque de la pauvreté, c'est-à-dire ceux membres d’un ménage dont la dépense par personne et par an se situe, en 2014, entre 4667 DH et 7001 DH dans le milieu urbain, et entre 4312 DH et 6468 DH dans le milieu rural ;

Indice d’inégalité : il est approché par le coefficient de Gini, représentant une mesure synthétique des écarts de niveaux de vie entre les différents ménages pris deux à deux. Cet indice se situe entre les valeurs 0 (en cas d’égalité parfaite des niveaux de vie) et 1 (en cas d’inégalité absolue), l’inégalité est d’autant plus élevée que ce coefficient est élevé.


Rédigé le Vendredi 22 Avril 2022 à 19:15 | modifié le Vendredi 16 Septembre 2022

Recevez notre newsletter
Rejoignez-nous sur :
Facebook
Twitter
YouTube