A l’occasion de la célébration de la Journée Nationale de la Femme le 10 octobre 2014, le Haut-Commissariat au Plan réédite ce recueil de données statistiques sur l’évolution de la situation jusqu'à 2015 de la femme marocaine.


La femme marocaine en chiffres:Tendances d’évolution des caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles 2016

Le Haut-commissariat au Plan présente ce recueil de données statistiques et de graphiques sur l’évolution jusqu’à 2015 de la situation de la femme marocaine.

Outre des informations sur les structures et les phénomènes démographiques (natalité, mortalité, nuptialité, divorce, etc.) et l’éducation-formation, ce document comporte des données sur la violence à l’égard des femmes, la pauvreté et la vulnérabilité ainsi que sur la situation de la femme dans le marché de travail et son emploi du temps.

Les informations contenues dans ce recueil, sont présentées aussi bien pour l’ensemble du Maroc que pour les deux milieux urbain et rural. Elles proviennent principalement des enquêtes statistiques et recensements réalisés par le HCP; mais également des statistiques produites par certains départements ministériels dont notamment l’Education Nationale, la Justice, la Santé, les Finances ou encore la
Formation Professionnelle.

 ¤ Téléchargez le texte intégral

la_femme_marocaine_en_chiffres__tendances_d__evolution_des_caracteristiques_demographiques_et_socioprofessionnelles_2016.pdf La femme marocaine en chiffres_ Tendances d'évolution des caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles 2016.pdf  (2.93 Mo)



Pour le suivi des niveaux et des conditions de vie de la population marocaine, le Haut Commissariat au Plan réalise des enquêtes périodiques sur la consommation et les dépenses des ménages. L’enquête de 2013/2014 est la cinquième investigation nationale du genre. Elle vise à collecter les données intégrées qui se rapportent aux dépenses, aux quantités consommées et aux conditions de vie de la population.

Avant d’aborder un résumé des principaux résultats dégagés de cette enquête, il est non moins important de donner un bref aperçu sur ses principaux aspects méthodologiques.


Présentation des résultats de l’Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages 2013/2014
I- Quelques aspects méthodologiques
1. Objectifs de l’enquête :

L’enquête sur les dépenses des ménages est sans contre dit une enquête à sujets multiples et vise à collecter des données suffisamment détaillées sur les dépenses et la consommation alimentaire des ménages en vue :
- d’analyser le niveau et les tendances des dépenses des ménages selon les différentes fonctions de consommation et les principales
caractéristiques socio-économiques et spatiales des chefs de ménages ;
- d’alimenter les données de la nouvelle année de base 2014 de la Comptabilité Nationale et la matrice sociale ;
- de mettre à jour le panier de référence de l’Indice des Prix à la Consommation ;
- d’actualiser les indicateurs liés aux inégalités et à la pauvreté sous ses différentes formes ;
- d’actualiser les études sur les aspects nutritionnels et anthropométriques ;
- d’alimenter l’information nationale pour la recherche économique et sociale.

¤ Téléchargez le texte intégral

resultats_de_l_enquete_nationale_sur_la_consommation_et_les_depenses_des_menages_2013_2014_1.pdf Résultats de l’Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages 2013_2014-1.pdf  (248.82 Ko)



Cette note a pour objectif principal de fournir une mise à jour des indices de la pauvreté sous ses formes monétaire et multidimensionnelle ainsi que des inégalités sociales et territoriales, et de dresser un bref aperçu sur le profil de leurs dynamiques. Les estimations sont établies sur la base des données de l’Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages (ENCDM) réalisée en 2014.


Inégalités sociales et territoriales à la lumière des résultats de l’Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages 2014
L'approche monétaire de la pauvreté et des inégalités sociales exige l'usage du revenu ou des dépenses de consommation comme indicateur de niveau de vie. Cependant, au Maroc, le revenu demeure sujet à des limites inhérentes à son observation et à son usage empirique. Dans ce contexte, les dépenses de consommation constituent une alternative pouvant servir d’agrégat permettant d’approcher monétairement le niveau de vie. En outre, cette option est soutenue par deux arguments : (1) la fluctuation des revenus et leur vulnérabilité aux déclarations; et (2) la difficulté de l’enquêté à se rappeler avec exactitude les revenus tirés de nombreuses activités informelles.

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) mesure le seuil de la pauvreté monétaire en se basant sur la composante alimentaire, conformément aux normes de la FAO-OMS, et la méthode d’estimation de la composante non-alimentaire de ce seuil, développée par la Banque mondiale. Le seuil de la pauvreté alimentaire est le coût d’un panier de biens et services alimentaires garantissant l’ingestion calorique minimale requise par la norme recommandée par l'AFO et l'OMS. Le minimum requis en calories par individu et par jour a été établi en appliquant la table des besoins énergétiques recommandés (Recommanded Daily allowance, FAO-OMS) à la structure de la population selon le sexe, l’âge et la situation des femmes vis-à-vis de la grossesse et de l’allaitement.

¤ Téléchargez le texte intégral

note_de_synthese_sur_les_inegalites_sociales_et_territoriales_a_la_lumiere_des_resultats_de_l_enquete_nationale_sur_la_consommation_et_les_depenses_des_menages_2014.pdf Note de synthèse sur les inégalités sociales et territoriales à la lumière des résultats de l’Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages 2014.pdf  (1.03 Mo)



L’Enquête Nationale sur la sphère des activités informelles réalisée en 2013/2014 a permis d’actualiser les informations sur les unités de production opérant dans ce secteur, son mode d’insertion dans l’économie nationale et sa contribution à la création de la richesse et de l’emploi.


 Présentation des résultats de l’Enquête Nationale sur la sphère des activités informelles 2013/2014
Il est à rappeler que cette enquête concerne toutes les unités de production non agricoles ne disposant pas d’une comptabilité conformément à la réglementation comptable en vigueur au Maroc. La disposition d’une comptabilité signifie la présentation des documents comptables retraçant à la fois les flux au cours de l’année et le bilan de ses actifs et passifs en  début et en fin de cette période. Le secteur informel tel qu’il est défini dans l’enquête n’inclut pas les activités illicites ou illégales.
 
            La réalisation de l’enquête a nécessité une approche en deux phases pour l’identification des unités informelles et ce, en raison de l’absence d’une base de sondage qui couvre toutes les composantes  de ce secteur (unités localisées, unités sans local et unités exerçant à domicile). Cette approche a consisté d’abord à identifier un échantillon des unités de production informelles à partir de l’enquête nationale sur l’emploi et d’enquêter dans une deuxième phase, les unités identifiées. Au total un échantillon de 10 085 unités de production informelles a été enquêté.

Pour tenir compte des variations saisonnières, la collecte des données sur le terrain s’est étalée sur une période d'une année, de juin 2013 à mai  2014.

¤ Téléchargez le texte intégral

presentation_des_resultats_de_l_enquete_nationale_sur_le_secteur_informel_2013_2014.docx Présentation des résultats de l’Enquête Nationale sur le Secteur Informel 2013_2014.docx  (70.18 Ko)



Rapport relatif à l'étude sur le Rendement du Capital Physique au Maroc
L'une des caractéristiques fondamentales, qui distinguent les pays en développement des pays développés, est l'abondance de main-d'œuvre et la rareté du capital. Cette situation s’est traduite pendant longtemps, dans les pays en développement, par la fixation d’objectifs prioritaires de réalisation d’une croissance économique créatrice d’emploi à niveau de qualification de même nature que celle de l’offre de travail disponible (non qualifié). Les programmes de développement mis en œuvre dans cette perspective privilégiaient davantage les investissements répondant à cette préoccupation sociale au détriment de la recherche d’une meilleure productivité soutenue par l’utilisation d’une main d’œuvre hautement qualifiée capable d’acquérir le savoir-faire et la maitrise des technologies.

L’expérience marocaine ne devrait pas s’éloigner de celles des pays avancés et émergents. Le Maroc s’est engagé au lendemain de son indépendance dans un processus de mise à niveau du secteur agricole et d’installation d’une activité industrielle de substitution à l’importation et de promotion des exportations.
Une attention particulière a été réservée, par ailleurs, à la mise en place d’une infrastructure économique et sociale importante, mais appelant une longue période pour sa concrétisation. Cette politique volontariste s’est traduite, cependant, par des déficits financiers structurels et l’adoption, comme option impérative d’un programme d’ajustement structurel dans les années 80 et 90.


¤ Téléchargez le texte intégral

hcp_etude_sur_le_rendement_du_capital_physique_au__maroc_final.pdf hcp_etude_sur_le_rendement_du_capital_physique_au__maroc_final.pdf  (471.11 Ko)



Le Haut-commissariat au Plan a réalisé, en octobre-novembre 2014, l’enquête nationale sur l’enseignement préscolaire 2014 (ENEP, 2014), auprès de 12500 ménages représentatifs de l’ensemble des régions et des catégories sociales. Cette enquête se prête à l’appariement avec les données du RGPH 2014 et, de ce fait, elle a permis d’aborder à un moindre coût et en de brefs délais l’enseignement préscolaire au Maroc. Elle se propose de diagnostiquer la préscolarisation et d’en mesurer l’impact sur le parcours scolaire et le devenir social des individus.

Ses premiers résultats portent sur l’état des lieux et les grandes tendances de la préscolarisation, les déterminants de l’accès à l’enseignement préscolaire et l’effet de la préscolarisation sur la réussite scolaire et le capital humain.


Synthèse des  résultats de l’enquête nationale sur l’enseignement préscolaire,  2014
Concernant l’état des lieux
de la fréquentation du préscolaire, notons qu’en 2014 près de 995 mille enfants âgés de 3 à 5 ans ont déclaré avoir été préscolarisés, ce qui correspond à un taux de fréquentation[1] du préscolaire de 48,7%. Le  secteur d’enseignement moderne (crèche, maternelle) en préscolarise la quasi-totalité (93,3%) suivi de loin du secteur traditionnel (Koutab et Msid) (6,7%).
 
Le secteur privé accueille 94,5% des enfants préscolarisés, contre 5,5% pour le secteur public. L’accès des ‘3 – 5 ans’ au préscolaire débute à un âge moyen de 3,3 ans, donnant lieu à une préscolarisation de 1,5 année, en moyenne. Ces paramètres ne sont pas définitifs dans la mesure où la préscolarisation de la population cible, les ‘3 – 5 ans’, se poursuivait au moment de son observation. Ceux qui ne sont préscolarisés à l’âge de 3 ou 4 ans peuvent l’être à l’âge de 5 ans.
 
Calculés pour la tranche d’âges ‘6 – 7 ans’, celle ayant théoriquement achevée la  préscolarisation, le taux de préscolarisation s’élève à  64,8%, l’âge à la préscolarisation s’établit à une moyenne de 3,7 ans et la durée de préscolarisation à une moyenne de  2,3 ans.
 
A la tête des langues d’apprentissage au préscolaire, on retrouve l’arabe seule (52,2%) suivie du français-arabe (45,5%) et, de loin, de l’anglais-français-arabe (1,3%).

¤ Téléchargez le texte intégral

synthese__enquete_prescolaire_fr.docx synthese__enquete_prescolaire_fr.docx  (84.18 Ko)
synthese__enquete_prescolaire_ar.docx synthese__enquete_prescolaire_ar.docx  (32.29 Ko)



1 2 3 4

Population légale de la Province de Safi selon le RGPH 2014 : 691 983

Journée Mondiale de la Statistique, Safi 2015


HCP Dernières parutions