Ecole d’été internationale 2017 sur « Mesure et analyse de la pauvreté multidimensionnelle » Marrakech, 03-15 juillet 2017
En marge des travaux du 61ème Congrès Mondial de Statistiques, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et l’Initiative d’Oxford pour la Pauvreté et le Développement Humain (OPHI) ont co-organisé, pour la première fois en Afrique, la 10ème session de l’école d’été internationale, du 3 au 15 juillet à Marrakech. Cette session de formation a connu la participation de 78 chercheurs, professionnels et doctorants, issus de 35 pays de différents continents, en charge des études socioéconomiques et statistiques sur le phénomène de la pauvreté.

A cette occasion, les formateurs d’OPHI et l’ensemble des participants ont apprécié les progrès réalisés par le Maroc dans les domaines de la mesure des indices du développement humain, du bien-être objectif et subjectif, de la pauvreté monétaire et de la pauvreté multidimensionnelle au sens notamment d’OPHI et du HCP, ainsi que le bilan des travaux réalisés, et la boite à outils d’analyse pour contextualiser, mesurer et analyser les inégalités sociales et territoriales à tous les niveaux géographiques et humains.

¤ Téléchargez le communiqué

communique_ophi_hcp_fr.docx communique_ophi_hcp_fr.docx  (56.41 Ko)
communique_ophi_hcp_ar.docx communique_ophi_hcp_ar.docx  (56.91 Ko)



Sur invitation conjointe du Haut Commissariat au Plan (HCP) du Royaume du Maroc et de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), les Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique (INS) d’une quarantaine de pays africains réunis, en marge des travaux du 61ème Congrès Mondial de Statistiques de l’Institut International de la Statistique, organisé du 16 au 21 juillet 2017 à Marrakech en partenariat entre cet institut et le HCP :


Déclaration finale issue de la réunion des Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique Africains
  • après avoir procédé à un échange circonstancié sur l’état de la statistique en Afrique, à la lumière de leurs expériences respectives et de leur ambition commune d’ériger leur discipline au niveau requis pour accompagner les efforts déployés par leurs pays en vue de réaliser, dans la durée, la prospérité économique, le bien être social et l’épanouissement culturel de leurs peuples.
 
  • conscients de l’obligation ardente qui s’attache à inscrire le développement des pays africains dans le cadre de l’Agenda 2063 pour le développement de l’Afrique, de l’Agenda international de développement durable 2030 et de l’ensemble des Conventions Cadre des Nations Unies sur la biodiversité, la désertification et sur les changements climatiques ainsi que l’Accord de Paris, adopté au cours de la COP 21 de 2015, sans omettre les réflexions conduites dans le cadre du Sommet des Chefs d’Etats Africains pour l’action tenu à Marrakech à l’occasion de la COP 22.
 
  • mesurant la dimension de la tâche que doivent assumer les Instituts Nationaux de Statistique Africains pour s’acquitter du rôle déterminant de la statistique dans la mesure, le suivi et l’évaluation d’une mise en œuvre cohérente des objectifs auxquels leurs pays ont souscrit au titre de ces agendas et pour contribuer à en accompagner la réalisation aux échéances convenues et à en faire de puissants leviers dans l’édification d’un modèle de développement endogène au service de l’intégration économique régionale.

¤ Téléchargez le texte intégral

declaration_finale_dgs_africains_fr.docx declaration_finale_dgs_africains_fr.docx  (17.72 Ko)
declaration_finale_dgs_africains_ar.docx declaration_finale_dgs_africains_ar.docx  (16.51 Ko)



Marrakech, 21 juillet 2017 : Lors de leur réunion en date du 20 juillet 2017 à Marrakech, sous la présidence conjointe de Monsieur Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan (HCP) du Royaume du Maroc et Madame Giovannie Biha, Secrétaire Exécutive adjointe de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), chargée de la Diffusion du Savoir, les Directeurs Généraux et les représentants d’une quarantaine d’Instituts Nationaux de Statistique africains ont appelé la CEA et le HCP à organiser, en 2019, au Maroc, une conférence continentale sur le rôle de la statistique dans l’intégration régionale de l’Afrique.


Intégration régionale : les DG africains des statistiques se donnent rendez-vous au Maroc en 2019
Organisée en marge du 61ème Congrès Mondial de Statistiques (Marrakech, 16-21 juillet 2017) pour débattre du « Rôle de la statistique dans le processus d’intégration en Afrique », la réunion des Directeurs Généraux des instituts nationaux de statistique africains, les représentants des organisations des Nations Unies et autres institutions partenaires leur avait permis de débattre des défis et leviers de la mise à niveau des systèmes statistiques nationaux et leur rôle dans l’intégration régionale en Afrique.
 
Les participants sont convenus de l’importance cruciale pour les pays africains de disposer de données statistiques de qualité pour accompagner la mise en œuvre de politiques publiques adaptées aux besoins de leur développement et la concrétisation des objectifs communs de développement durables décrits dans les feuilles de route africaines et mondiales telles que l’Agenda 2063 pour le développement de l’Afrique, l’Agenda international de développement durable 2030, le Sommet des Chefs d’Etat Africains pour l’Action, tenu à Marrakech à l’occasion de la COP 22 et les conventions-cadre des Nations Unies sur la biodiversité, la désertification et les changements climatiques ou encore l’Accord de Paris.
 
Au vu de l’ampleur des travaux et des réformes qui s’imposent pour atteindre les ambitions de développement de l’Afrique, les participants ont appelé le HCP et la CEA à organiser la conférence des Directeurs Généraux et Directeurs des instituts nationaux de statistique africains, en 2019, en collaboration avec les institutions partenaires de développement en Afrique et compte tenu des mécanismes statutaires de la CEA et de l’Union Africaine.

¤ Téléchargez le communiqué

communique_conjoint_hcp_cea_fr.docx communique_conjoint_hcp_cea_fr.docx  (257.59 Ko)



Séance de travail entre M. Ahmed Lahlimi Alami et Mme Tiina Luige
En marge des travaux de la 61éme session du Congrès Mondial de Statistiques, tenu à Marrakech du 16 au 21 juillet 2017, une séance de travail a eu lieu entre M. Ahmed Lahlimi Alami, le Haut Commissaire au Plan et Mme Tiina Luige, Chef de la Section Environnement et Multi-domaines de la Division Statistique, et la Secrétaire de la Conférence des Statisticiens européens, à la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe. Au cours de cette réunion, les deux parties ont étudié les moyens de renforcer la coopération entre notre pays et cette institution dans le domaine de la statistique en général, et en particulier dans les domaines relatifs aux effets des changements climatiques, de l’environnement et du suivi de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable.

Les deux parties ont convenu de prendre toutes les dispositions pour que le HCP soit associé à tous les travaux menés par la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe, dans ses différents domaines de compétence, et qu’il bénéficie, à l’instar de ses membres, de renforcement de capacités dans le cadre de la coopération Nord-Sud, à charge pour ce dernier d’assurer le transfert de ces acquis au bénéfice de ses partenaires africains dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

Il est à rappeler, à cet égard, que la Commission Economique des Nations Unies pour l’Europe, qui est l’une des cinq commissions régionales des Nations Unies, a pour principale mission de promouvoir l’intégration économique paneuropéenne. Elle compte parmi ses  56 membres, en plus des pays de l’Union Européenne, des pays d’autres régions, notamment de l’Europe Occidentale et  Orientale, des pays du Sud-Est de l’Europe, du Moyen Orient, de l’Asie et de l’Amérique du Nord.


Monsieur Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan : "C’est d’un véritable plan Marshall de la statistique dont l’Afrique a besoin pour qu’elle puisse décliner, à cet horizon en 2030 les résultats des performances au niveau du poids géostratégique de son continent et de la grandeur de sa civilisation. "


Allocution de Monsieur Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan à la séance d’ouverture du 61ème Congrès Mondial de Statistiques de l’Institut International de la Statistique (ISI 2017)
En acceptant de faire bénéficier de son Haut Patronage la 61ème session du Congrès Mondial de l’Institut International de la Statistique, Sa Majesté Le Roi, que Dieu Lui prête assistance, a bien voulu exprimer l’estime dans laquelle il tient l’œuvre que vous accomplissez vous-même, Monsieur le Président, l’institut que vous présidez et la communauté internationale des statisticiens pour le développement de la statistique et, à travers vous, le rôle de cette discipline dans l’éclairage des politiques publiques et leur évaluation par les citoyens. Permettez-moi, en votre nom tous, de prier Sa Majesté Le Roi de bien vouloir agréer pour cette Haute Sollicitude l’expression de notre déférente gratitude.

Permettez-moi également de dire tous nos sincères remerciements à Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances qui a bien voulu présider avec nous, au nom du Gouvernement marocain, la séance d’ouverture de notre congrès.

Mes remerciements vont également à Mesdames et Messieurs les Ministres et Ambassadeurs, à Messieurs les Parlementaires, à Monsieur le Président et les conseillers de la Région, à Mesdames et Messieurs les Walis et Gouverneurs, les conseillers communaux et les représentants de toutes les autorités judiciaires et administratives ainsi que les représentants des organismes internationaux qui ont bien voulu, par leur présence, témoigner de l’intérêt qu’ils portent à ce congrès.

¤ Téléchargez le texte intégral

allocution_ministre_fr.docx allocution_ministre-fr.docx  (65.33 Ko)
allocution_ministre_ar.docx allocution_ministre-ar.docx  (65.32 Ko)



Chaque année au 11 juillet, le Monde célèbre la Journée mondiale de la population. Cette année le thème retenu est : « Planification familiale : Donner aux populations la capacité d’agir, contribuer au développement des pays ». A cette occasion, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) présente quelques aspects liés à la transition de la fécondité au Maroc.


Note d’information du haut-commissariat au plan à l’occasion de la journée mondiale de la population 2017
Le nombre moyen d’enfants par femme, après avoir culminé à plus de 7 enfants par femme au cours des années 1960, a chuté à près de 2,21 enfants en 2014, voire en dessous du niveau de remplacement des générations  dans les villes (2,01 en milieu urbain contre 2,55 en milieu rural en 2014).  
 
Cette baisse accentuée de la fécondité, en moins de trente ans au Maroc, a nécessité près de deux siècles, en France où la fécondité est passée d'un peu plus de 6 enfants par femme au milieu du XVIIIe siècle à près de 2 enfants par femme dans les années trente.
 
Le changement dans le calendrier de la nuptialité et dans une grande mesure, le recours de plus en plus massif à la contraception sont les principaux facteurs qui expliquent cette transition rapide de la fécondité au Maroc.

¤ Téléchargez le texte intégral

communique_journee_mondiale_de_la_population_fr.docx communique_journee_mondiale_de_la_population_fr.docx  (25.67 Ko)
communique_journee_mondiale_de_la_population_ar.docx communique_journee_mondiale_de_la_population_ar.docx  (28 Ko)



1 2 3 4 5 » ... 26