Note d’information du Haut Commissariat au Plan relative à la violence à l’égard des femmes dans les espaces publics urbains (année 2009): Les espaces publics urbains sont-ils des lieux hostiles et non sûrs pour les femmes ?

- Bien que les diverses formes de violence à l’égard des femmes soient une réalité ancienne, la présence des femmes dans les espaces publics évoque obligatoirement la question de la violence et plus particulièrement celle du harcèlement sexuel.
- Les femmes victimes de violences dans les lieux publics de nos villes appartiennent à toutes les tranches d’âge et toutes les catégories sociales.
- Etre mariée semble un facteur modérateur mais qui ne préserve pas les femmes des violences dans les espaces publics.


¤ Téléchargez le texte intégral


A l’occasion de la journée internationale de la jeunesse, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) présente quelques aspects socio-démographiques et économiques des jeunes de 15 à 24 ans selon les données issues du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014.


Note d’information du Haut-Commissariat au Plan à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse du 12 août 2017
Les jeunes de 15 à 24 ans constituent en 2014 près du cinquième de la population marocaine. Leur nombre a diminué de 6,09 millions en 2004 à près de 6,03 millions en 2014, correspondant à une baisse de 1,0%. 49,9% sont de sexe masculin et 50,1% de sexe féminin. 58,9% résident en milieu urbain contre 41,1% en milieu rural.
 
La région du Grand Casablanca-Settat totalise près du cinquième des jeunes de 15 à 24 ans, soit 19,1%. La région de Marrakech-Safi vient en seconde position (13,5%), suivie par Rabat-Salé-Kénitra (13,2%) et Fès-Meknès (12,6%). En revanche, les régions de Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Ed Dahab enregistrent les proportions les plus faibles, respectivement 1,3%, 1,1% et 0,3% de l’ensemble de la population marocaine.
 
La part des jeunes qui sont des mariés a augmenté de 14,0% en 2004 à 16,6% en 2014. Parmi cette catégorie des jeunes, 29,2% des filles de la même tranche d’âge ont déjà contracté un premier mariage contre 3,8% des garçons.

¤ Téléchargez le texte intégral


A l’occasion de la journée nationale des marocains résidant à l’étranger (MRE), le Haut-Commissariat au Plan (HCP) présente quelques résultats de l’enquête réalisée auprès des Marocains Résidant à l'Etranger dans la région de Tadla-Azilal.


Note d’information du haut-commissariat au plan a l’occasion de la journée nationale des marocains résidant à l’étranger du 10 août 2017
Selon cette enquête, les émigrants vivant à l’étranger originaires de la région de Tadla-Azilal, sont en grande majorité des hommes (77%), aux âges mûrs; les 30-39 ans représentent 43%. Les plus jeunes (15-29 ans) sont 27% et les plus de 50 ans, moins de 9%. La totalité de ces émigrants de plus de 15 ans sont nés au Maroc et jouissaient de la nationalité marocaine à la naissance. Ils sont essentiellement des ruraux à hauteur des deux-tiers environ (61%).

Mais par-delà la diversité des destinations allant du Japon au Canada, du Sénégal à la Russie, deux pays s’imposent comme pôles d’attraction des émigrants de la région de Tadla-Azilal: l’Espagne (48%) et l’Italie (32%). La France, n’arrive qu’en troisième position : 11%. Les émigrants des générations anciennes, âgés de plus de 60 ans, sont surtout allés en France et marginalement en Espagne et en Italie, à l’opposé des plus jeunes (moins de 40 ans), qui se sont orientés vers ces deux pays.

En majorité, les émigrants ne se sont rendus que dans un seul pays d’émigration (84%). Néanmoins, avec la montée en âge, ils deviennent plus nombreux à s’être rendus dans plus de deux pays d’émigration.     

¤ Téléchargez le texte intégral


Ecole d’été internationale 2017 sur « Mesure et analyse de la pauvreté multidimensionnelle » Marrakech, 03-15 juillet 2017
En marge des travaux du 61ème Congrès Mondial de Statistiques, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et l’Initiative d’Oxford pour la Pauvreté et le Développement Humain (OPHI) ont co-organisé, pour la première fois en Afrique, la 10ème session de l’école d’été internationale, du 3 au 15 juillet à Marrakech. Cette session de formation a connu la participation de 78 chercheurs, professionnels et doctorants, issus de 35 pays de différents continents, en charge des études socioéconomiques et statistiques sur le phénomène de la pauvreté.

A cette occasion, les formateurs d’OPHI et l’ensemble des participants ont apprécié les progrès réalisés par le Maroc dans les domaines de la mesure des indices du développement humain, du bien-être objectif et subjectif, de la pauvreté monétaire et de la pauvreté multidimensionnelle au sens notamment d’OPHI et du HCP, ainsi que le bilan des travaux réalisés, et la boite à outils d’analyse pour contextualiser, mesurer et analyser les inégalités sociales et territoriales à tous les niveaux géographiques et humains.

¤ Téléchargez le communiqué


Sur invitation conjointe du Haut Commissariat au Plan (HCP) du Royaume du Maroc et de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), les Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique (INS) d’une quarantaine de pays africains réunis, en marge des travaux du 61ème Congrès Mondial de Statistiques de l’Institut International de la Statistique, organisé du 16 au 21 juillet 2017 à Marrakech en partenariat entre cet institut et le HCP :


Déclaration finale issue de la réunion des Directeurs Généraux des Instituts Nationaux de Statistique Africains
  • après avoir procédé à un échange circonstancié sur l’état de la statistique en Afrique, à la lumière de leurs expériences respectives et de leur ambition commune d’ériger leur discipline au niveau requis pour accompagner les efforts déployés par leurs pays en vue de réaliser, dans la durée, la prospérité économique, le bien être social et l’épanouissement culturel de leurs peuples.
 
  • conscients de l’obligation ardente qui s’attache à inscrire le développement des pays africains dans le cadre de l’Agenda 2063 pour le développement de l’Afrique, de l’Agenda international de développement durable 2030 et de l’ensemble des Conventions Cadre des Nations Unies sur la biodiversité, la désertification et sur les changements climatiques ainsi que l’Accord de Paris, adopté au cours de la COP 21 de 2015, sans omettre les réflexions conduites dans le cadre du Sommet des Chefs d’Etats Africains pour l’action tenu à Marrakech à l’occasion de la COP 22.
 
  • mesurant la dimension de la tâche que doivent assumer les Instituts Nationaux de Statistique Africains pour s’acquitter du rôle déterminant de la statistique dans la mesure, le suivi et l’évaluation d’une mise en œuvre cohérente des objectifs auxquels leurs pays ont souscrit au titre de ces agendas et pour contribuer à en accompagner la réalisation aux échéances convenues et à en faire de puissants leviers dans l’édification d’un modèle de développement endogène au service de l’intégration économique régionale.

¤ Téléchargez le texte intégral


Marrakech, 21 juillet 2017 : Lors de leur réunion en date du 20 juillet 2017 à Marrakech, sous la présidence conjointe de Monsieur Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan (HCP) du Royaume du Maroc et Madame Giovannie Biha, Secrétaire Exécutive adjointe de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), chargée de la Diffusion du Savoir, les Directeurs Généraux et les représentants d’une quarantaine d’Instituts Nationaux de Statistique africains ont appelé la CEA et le HCP à organiser, en 2019, au Maroc, une conférence continentale sur le rôle de la statistique dans l’intégration régionale de l’Afrique.


Intégration régionale : les DG africains des statistiques se donnent rendez-vous au Maroc en 2019
Organisée en marge du 61ème Congrès Mondial de Statistiques (Marrakech, 16-21 juillet 2017) pour débattre du « Rôle de la statistique dans le processus d’intégration en Afrique », la réunion des Directeurs Généraux des instituts nationaux de statistique africains, les représentants des organisations des Nations Unies et autres institutions partenaires leur avait permis de débattre des défis et leviers de la mise à niveau des systèmes statistiques nationaux et leur rôle dans l’intégration régionale en Afrique.
 
Les participants sont convenus de l’importance cruciale pour les pays africains de disposer de données statistiques de qualité pour accompagner la mise en œuvre de politiques publiques adaptées aux besoins de leur développement et la concrétisation des objectifs communs de développement durables décrits dans les feuilles de route africaines et mondiales telles que l’Agenda 2063 pour le développement de l’Afrique, l’Agenda international de développement durable 2030, le Sommet des Chefs d’Etat Africains pour l’Action, tenu à Marrakech à l’occasion de la COP 22 et les conventions-cadre des Nations Unies sur la biodiversité, la désertification et les changements climatiques ou encore l’Accord de Paris.
 
Au vu de l’ampleur des travaux et des réformes qui s’imposent pour atteindre les ambitions de développement de l’Afrique, les participants ont appelé le HCP et la CEA à organiser la conférence des Directeurs Généraux et Directeurs des instituts nationaux de statistique africains, en 2019, en collaboration avec les institutions partenaires de développement en Afrique et compte tenu des mécanismes statutaires de la CEA et de l’Union Africaine.

¤ Téléchargez le communiqué


1 2 3 4 5 » ... 30

Population légale de la Province de Safi selon le RGPH 2014 : 691 983

Journée Mondiale de la Statistique, Safi 2015


HCP Dernières parutions